Skip to content
Secrétaire de l'Evêque de Namur, Mgr Heylen

Chanoine Jean Schmitz

Né à Beho le 03 août 1877, Jean-Servais Schmitz étudie au séminaire de Bastogne. Avant d’être ordonné prêtre en 1899, il est engagé comme secrétaire par l’Evêque de Namur, Monseigneur Decrolière puis Monseigneur Heylen. En tant que secrétaire, il se charge de la correspondance de l'Evêque, il gère la comptabilité du diocèse, il mène les enquêtes diocésaines et enfin il est responsable de la conservation des archives épiscopales. 

Pendant les cinq années d'occupation, le chanoine Jean Schmitz, secrétaire de l'Évêque de Namur, Thomas-Louis Heylen, transcrit au jour le jour dans ses carnets tous les événements locaux et nationaux : invasion, destructions, atrocités, propagande, problèmes d'approvisionnement et de circulation, difficiles négociations avec l'ennemi, humiliations, famine, etc. Il obtient ces informations via différents canaux tels que les journaux, les affiches apposées par l'occupant, les discussions entretenues avec des visiteurs ou encore ses propres observations. Il mène également des enquêtes à travers tout le diocèse de Namur pour relever toutes les exactions commises par les Allemands contre les populations civiles et le clergé du diocèse namurois. Ces enquêtes serviront à la publication après la guerre des Documents pour servir à l'histoire de l'invasion allemande

Après la Première guerre mondiale, le chanoine Schmitz est désigné membre du Comité permanent des Congrès eucharistiques internationaux et en 1922, directeur spirituel des pèlerinages diocésains. La même année, il entre au conseil d’administration de la société La presse catholique dans la province de Namur. De 1919 à 1925, il publie, avec la collaboration de Dom Norbert Nieuwland de l’abbaye de Maredsous, le résultat de ses enquêtes réalisées tout au long de l'occupation allemande constituant une collection 8 volumes de Documents pour servir à l’histoire de l’invasion allemande dans les provinces de Namur et de Luxembourg. Cette collection rassemble de nombreux témoignages récoltés et classés dès les semaines qui suivirent les atrocités commises par l’armée allemande vis-à-vis des civils. Le chanoine Jean Schmitz décède en 1951.

© 2011-2018 Ambiances asbl - Crédits - Bibliographie - Contact - f / t / g+